Atelier : Structures dissipatives selon l’Eurocode 8

Lorsqu’il est nécessaire de prendre en compte le séisme pour le dimensionnement d’un bâtiment métallique, l’Eurocode 8 propose deux approches différentes. La première est basée essentiellement sur un comportement élastique de la structure et se traduit par l’adoption d’une classe de ductilité limitée, dite DCL. La seconde repose sur la formation
pendant le séisme de zones dissipatives qui en plastifiant absorbent l’énergie sismique et jouent en quelque sorte le rôle de fusibles pour le reste de l’ossature. Cette conception est dite dissipative et se traduit par le choix des classes de ductilité DCM et DCH.

Pour assurer le bon fonctionnement dissipatif d’une structure pendant un séisme, il est nécessaire de mettre en place une démarche spécifique dite de dimensionnement en capacité. Cette dernière n’est pas intuitive et ne va pas sans poser quelques difficultés lors d’une mise en pratique. Il faut, à cet égard, mentionner le dimensionnement des assemblages et l’approvisionnement des aciers comme deux points particulièrement sensibles de la démarche. Il est donc important, au cours d’un tel projet, de bien avoir à l’esprit les objectifs d’une conception dissipative et ses problèmes spécifiques.

A l’occasion de l‘atelier que nous organisons le 23 mai prochain, à Paris, les concepts généraux seront rappelés et les points essentiels de la démarche seront décrits. Les résultats du projet de recherche européen RFCS Equaljoints seront aussi exposés à cette occasion.

Programme et inscription

Rencontres Régionales du 1er semestre 2019

Stabilisation de l’ossature ou des barres par l’enveloppe du bâtiment

Alain BUREAU, Chef du service Recherche Construction Métallique

La stabilisation des éléments de structure d’un bâtiment ou bien de l’ensemble de la structure par l’enveloppe (bardage, couverture) est un sujet qui est souvent mal maîtrisé par les bureaux d’études. La prise en compte des parois peut cependant présenter un grand intérêt économique dans la conception et le calcul des ossatures en acier. En l’état actuel, les règles ne sont pas suffisamment précises mais elles évoluent avec de nouveaux textes qui vont être publiés à court ou moyen terme.
L’exposé énoncera les grands principes relatifs à la prise en compte de la stabilisation par les parois (effet diaphragme, rigidité flexionnelle) et abordera aussi le sujet du point de vue de la responsabilité des entreprises. Les différentes normes et recommandations seront passées en revue et les évolutions normatives seront présentées.

Comportement au feu des bâtiments à simple rez-de-chaussée en acier et recommandations en termes de solutions constructives

Christophe RENAUD, Directeur de projets de Recherche

Pour les bâtiments à simple rez-de-chaussée, des exigences spécifiques de comportement au feu peuvent être demandées par les réglementations incendie (stabilité au feu de degré R15, modes de ruine …). De manière générale, une ruine localisée de la structure porteuse de ce type de bâtiment est acceptée, tant que celle-ci n’impacte pas la stabilité globale du bâtiment, souvent divisé en plusieurs cellules, ni l’intégrité des parois séparatives coupe-feu assurant le compartimentage intérieur. Ainsi, les structures doivent être conçues de sorte à offrir un comportement au feu adéquat (par exemple R15, non effondrement vers l’extérieur, aucune ruine en chaîne, etc.) afin d’assurer la sécurité à la fois des occupants et des services de secours. Cette rencontre est l’occasion de faire un point sur les différentes recommandations comportant aussi bien des règles de calcul que des solutions constructives permettant aux ossatures métalliques de répondre aux exigences réglementaires sans protection rapportée contre l’incendie.

PROGRAMME :

08h30 / 09h00   Café accueil
09h00 / 10h30   Stabilisation de l’ossature ou des barres par l’enveloppe du bâtiment
10h30 / 11h00   Pause
11h00 / 12h30   Comportement au feu des bâtiments à simple rez-de-chaussée en acier et recommandations en termes de solutions constructives

LIEUX et DATES :

RENNES, le 5/03/2019, Hôtel Mercure Rennes Centre Gare (1, rue du Capitaine Maignan – 35000 Rennes)
NANCY, le 11/04/2019, Hôtel Mercure Nancy Centre Gare (11, rue Raymond Poincaré – 54000 Nancy)
POITIERS, le 4/06/2019, Hôtel Plaza du Futuroscope (Téléport 1, 1 Avenue du Futursoscope, 86000 Chasseneuil-du-Poitou)

Participation gratuite, nombre de places limité –  Programme/Invitation

Réservez dès maintenant votre participation en nous renvoyant votre bulletin d’inscription complété

l’EN 1090-2

Une nouvelle version de l’EN 1090-2 a été publiée début janvier. Elle apporte des modifications à la version antérieure, dont certaines sont de nature à modifier votre approche de la norme et à impacter significativement vos pratiques.

Le CTICM vous propose, au travers de cette journée de formation décentralisée, de faire le point sur les différences entre les 2 versions.

L’ensemble du texte sera abordé et, tout particulièrement les thèmes suivants, les plus concernés par les modifications :

  • Détermination des classes d’exécution
  • Produits constructifs
  • Modalités de qualification des procédés de coupage (annexe D)
  • Évolutions du chapitre « soudage »
  • Les classes de contrôle des soudures (annexe L)

Cette formation se déroulera dans les villes suivantes :

  • Lyon, le 11 juin 2019
  • Nancy, le 24 septembre 2019
  • Rennes, le 17 octobre 2019
  • Lille, le 19 novembre 2019
  • Bordeaux,  le 23 janvier 2020
  • Saint-Rémy-lès-Chevreuse, le 27 février 2020

Attention, l’effectif est limité à 20 personnes.

Téléchargez le programme complet

Complétez votre bulletin d’inscription